L'atelier d'Arachnée

Des idées pour créer vos cotumes, que ce soit de la reconstitution ou des tenues rêvées. N'hésitez pas à poser des questions pour vos projets.

mardi 09 octobre

Corbeille et trousseau

    AU XIXe siècle, au moment de la signature du contrat de mariage, on exposait corbeille et trousseau. Mais même s'ils apparaissaient au même moment, quelques jours avant le mariage, il ne faut pas les confondre : le trousseau fait partie de la dot de la mariée et est donc offert par la famille de la mariée, tandis que la corbeille est un cadeau du fiancé à sa promise avant le mariage.

   Un exemple de corbeille pris dans le manuel de savoir-vivre de la baronne de Staffe, publié en 1891 :
   "La corbeille est apportée le matin du jour où l'on signe le contrat. Elle se compose de robes de satin, velours, etc., en pièce ; de dentelles noires et blanches [...] ; de bijoux modernes, de joyaux de famille ; d'un manteau de loutre ; de bandes de lophophore, originale parure pour les robe et les vêtements[...]. A ce fond de garde-robe, on ajoute une aumônière gonflée d'or (pièces neuves), un ou plusieurs éventails, un livre d'heures copié sur un chef-d'oeuvre du Moyen Âge [...].
   Ces objets sont contenus dans une grande corbeille en vannerie artistique, doublée de satin blanc et de forme carrée afin que les étoffes n'y prennent pas de faux plis. Un gros bouquet de roses blanches ou un noeud de satin blanc s'attache sur le couvercle. Le coffre, l'ancien coffre de mariage, est choisie par quelques fiancés".
   On aimerait que ça existe encore aujourd'hui... Mais en fait ça existe encore, par exemple au Japon où le fiancé offre à sa promise une corbeille de fleurs et de confiseries dont il a tapissé le fond de deux à trois mois de salaire en liquide, pour les petites dépense de la dame... Je vous laisse imaginer mon homme pâlir...

   Le trousseau dépend bien sûr du milieu social
   D'après un journal de mode de 1880 :
   "Un beau trousseau comprend 12 douzaines de chemises de jour, 6 douzaine de toile très fine et 6 en batiste. Autant de chemises de nuit. Deux douzaines de jupon courts, pour la promenade ; six jupons de bal en mousseline à longue traîne, et douze jupons de robe de chambre
   Les nouvelles fantaisies sont les bonnets de foulard à la créole, les bonnets de paysanne en vieille dentelle, doublés de soie, qu'on porte au five o'clock tea ; les grandes écharpes de point d'esprit blanc bordées d'une écume de dentelle blanche, dans lesquelles on s'enveloppe à la façon des miniatures d'Isabey. [...] On joint au trousseau douze douzaine de paires de bas. Dix douzaines sont en soie, deux douzaines en fil d'Ecosse." On prévoit aussi des robes montées : "robe de mariage, robe de chambre, robe de voyage, toilettes de visite et de dîner, toilette de visite en faille noire, toilette de visite en faye nuance Bordeaux, toilette de visite en faye tourterelle, cinq ou six autres réservées à un autre article, de visites et de dîners". Le linge du mari est aussi prévu.
   Un exemple de trousseau, pris dans les Landes celui-là :
   "En faveur de ce mariage, Michel Dandé et Jeanne Banaq, père et mère de la future, constitue en dot à leur fille, qui l'accepte, un lit avec son bois composé d'une paillasse, d'une couette et d'un traversin de coutil, d'une courtepointe indienne, d'une couverture de laine avec des rideaux, dossier, ciel et pentes en cotonnades à carreaux rouges et blancs, la courtepointe piquée en coton, [...] sept draps de lit dont un de brin de lin, deux de brin de chanvre, un de demi-drap et trois d'étoupe, douze serviettes mélangées de brin de chanvre et d'étoupe."

   Le trousseau est marqué selon des règles bien précises : le linge personnel de la femme est marqué de l'initiale de son prénom et de celle du nom de son mari, le linge personnel du mari est avec ses deux initiales et le linge de maison porte les initiales des deux familles. C'est donc un long travail pour la jeune fiancée que de marquer son trousseau.
   C'est une affaire de transmission et d'héritage à la forte charge symbolique. C'est aussi une affaire de femmes. Il est souvent constitué avec l'aide financière de la mère de la fiancée.
   La pratique du trousseau va se maintenir jusqu'à la fin des années 50, alors que la corbeille a disparu bien plus tôt (radins).

Posté par Lorelyn7 à 18:34 - Histoires de (la) mode - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    This is the day

    Bonjour chers lecteurs !

    C'est aujourd'hui que nous nous marions ! Nous partons à la mairie dans quelques minutes et je voulais vous faire partager un peu de notre grand bonheur.

    Posté par GM, samedi 27 octobre à 10:41
  • Félicitations!

    LONGUE VIE AUX MARIES! VOTRE MARIAGE A ETE UNE GRANDE ET BELLE FETE, A VOUS MAINTENANT DE FAIRE DE CHAQUE JOUR DE VOTRE VIE COMMUNE UN JOUR DE FETE!
    BON VOYAGE DE NOCES "SURPRISE" ET PLEIN DE BONHEUR A VOUS DEUX!

    Posté par TytMary, dimanche 28 octobre à 21:28

Poster un commentaire